• J'entend pas ce que tu veux que je dise
    J'entend pas mes mots se faire, mais je les sais là
    Juste on (je) regarde pas assez nos (mes) pieds, on y verrais surement des tas de mots perdus (tombés)
    jamais partis assez loin pour s'impacter(se frotter) à leur destinataire(f)
    alors ils sont là ils grouillent se mèlent aux lacets (oranges) et vont patiemment remonter à la tête et tenter un nouvel envol une nouvelle tentative d'abordage (splatch) pour refinir par terre entre les pieds immobiles
    et peut-être que ces mots (t') atteindraient si c'est d'un coup de pied plutôt que d'un coup de gorge qu'ils étaient envoyés
    parce que ce qu'on a fait de mieux ça a été avec les pieds et que peut être en retombant (le pied), on appelerait ça un pas


    votre commentaire
  • O

    ce qu'il faut ressentir c'est ce qui vient de ces taches sur la peau qui s'étandent et noircissent et je me dirai chouette j'avais pas oublié ** **** et derrière le rideau de lourd velours qui cache tout ce que j'ai à penser il y aura ces pensées qui laissent une trainée de craie noire et un crissement quand elles filent dans l'espace à penser ces drôles d'idées qu'on fait tourner en bouche et qui ne sortent jamais comme des animaux sauvages malades que l'on a peur de laisser mettre une patte dehors.
    Comme s'avouer un secret à soi

    votre commentaire
  • fluxus c'est du rien à dire pour de rire et c'est tout de même du vide, alors fluxus mes genoux. pas de flux possible à reservoir sec, fluxus c'est le bruit des courants d'air, c'est à la pensée ce que la phobie est à la terreur : une imitation, un pastiche pathétique et pathologique, un foutu simulacre d'esprit. l'impression de se remplir le crâne à l'eau chaude pour faire semblant de bouillir, l'impression de se griffer en secret pour faire rougir la peau qui pourtant est terne à qui veut bien regarder.

    votre commentaire
  • TU!

    n'as pas le monopole des regrets des remords quoi que ce soit j'ai jamais pu me fixer la dessus pas le monopole des bombes dans le ventre juste que je baillerai toujours plus fort que leur tic-tac hors de question que des étincelles de mèche puissent se voir dans mes pupilles alors je les ferme, ces yeux, je les embaume et les parfume et les noie de gouttes qui en tombent et que je ne peux même pas goutter comme des foutues larmes insipides sans même le gout rassurant du sel non des larmes vides tombées pour rien ou trop loin ou trop lourdes tellement lourdes qu'on ne peut les porter à la bouche les mordre les punir les mordre encore et cracher au loin n'en garder qu'un gout fantome sur la pointe de la langue
    this is so fuckin useless

    votre commentaire
  • Section thérapeutique : pas de relecture pas de coupure pas de triche pas de reformulation de section de paragraphe de mise en beauté de maquillage de camouflage d'antidote d'esquamotage.
    Juste ce qui vient à partir de l'instant où la case blanche s'affiche. Remplissage jusqu'a tarissement - ou jusqu'à débord
    C'est pas une fatigue de tout mettre en forme, tout ciseler, tout costumer. Non. J'ai plus l'âge de regretter la façon dont j'suis construit. Plutot un défi, un contrepied
    (une réprimande)
    Comme si les copeaux en disaient plus que la sculpture...bah, on verra bien.

    No backspace. No way back.des mots en chute directe, posés ici comme des balles que même les os n'auront pu dévier.
    Straight out/in.
    Hopefully...j'ai les os si épais que je craint encore les ricochets
    Let's go


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique